La tour de Bretagne vue du parc.

Le château de Hautefort,

belle demeure aux allures plus royales que féodales, il est entouré de parterres fleuris bordés de haies de buis.

C'est cependant un pont-levis qui le sépare de son parc aux innombrables allées boisées d'essences exotiques et résineux.

En parcourant ces sentiers le parc offre de belles vues sur la campagne et le paysage alentour.

Le pont-levis rappelle les origines médiévales du château.

Au Moyen-Age, propriété des vicomtes de Limoges la forteresse devient au XIIème siècle la demeure du célèbre troubadour Bertran de Born.

En 1183 le château est assiégé et pris par Richard Cœur de Lion. C'est seulement à la fin du XVème siècle qu'il prend le nom et les armes des Hautefort.

Au cours des XV et XVIIème siècle, pendant les guerres de religion il fut détruit.

Un des vestiges de cette époque, la colonne sculptée à gauche du pont-levis qui date de 1510, elle décore le mur d'entrée depuis la fin du XVIème siècle.

Les armoiries des Hautefort.

 

Après le pont-levis, l'aile d'entrée ouvre l'accès au château par la cour d'honneur.

A partir de ce moment là les photos sont interdites.

Seule dérogation la fenètre dans l'antichambre de l'aile orientale qui offre une vue imprenable sur les jardins et le centre du village.

La cour d'honneur, avec à droite la tour qui abrite la chapelle.

De l'aile Est du château on observe les jardins à la française qui ont été créés à partir de 1929, date à laquelle le Baron Henri de Bastar achète l'édifice.

 

Au fond à gauche le dôme de l'ancien hospice construit par l'architecte Jacques Maigret au milieu du XVIIème siècle.

Aujourd'hui il abrite un musée de la médecine.

Façade Est.

 

Le pavillon
et la tour
de la chapelle construite
vers 1672.

Pillé au cours des siècles, revendu à des marchands de biens peu scrupuleux au début du XXème siècle, le château ne présente que très peu de mobilier d'époque.

Madame la Baronne de Bastard dernière maîtresse des lieux à avoir habité sa demeure s'était attachée décorer son château et surtout à le faire reconstruire après le gigantesque incendie ravageur dont il fut victime pendant la nuit du 30 au 31 août 1968.

La tempête de 1999 a aussi fait beaucoup de dégâts dans le parc.

Vue du château aux environs de Nailhac lors du concours de labours en Août 2009.

Cliquez et visitez le "Pays" de la noix,

Nailhac

 

ou revenez découvrir les aventures du vieux Ferguson

le bon vieux Ferguson

 

En 2009, les traces de la tempête se sont estompées.

Les jardins ont toutefois perdu un peu de leurs couleurs et se sont les buis et les ifs qui dominnent.

Les seigneurs de Hautefort au cours de l'histoire

"Haut et fort" c'est la devise des seigneurs de Hautefort"Altus et fortis""Haut et fort" c'est la devise des seigneurs de Hautefort

Seigneur et Vicomte
Bertran de Born
1140 - 1214

Marquis
François de Hautefort
1547 - 23 mai 1640 (93 ans)

Marquis
Jacques François de Hautefort
1610 - 03 octobre 1680 (70 ans)

Duchesse
Marie de Hautefort
1616 - 01 août 1691 (75 ans)

Baron
Maxence de Damas
30 septembre 1785 - 06 mai 1862 (77 ans)

Baronne
Simone de Bastar
1901 - 1999 (98 ans)


A Hautefort ;
le château, l'ancien hospice, le village,
sont bien sur des lieux superbes qu'il faut absolument découvrir.

Venir flâner dans ces lieux c'est aussi être sur les traces de "Jacquou le Croquant".

Ce roman est l'œuvre d'Eugène Leroy.
L'écrivain est né à Hautefort le 28 novembre 1836.
Il mourut à Montignac le 6 mai 1907.

Accueil  
Haut de Page
En Périgord
. . . / . . . . . . . . . . ..